Projet Watson


Au Crédit Mutuel, le projet Watson ne sera pas expertisé

Dans notre édition du 3 octobre, nous avions longuement évoqué un projet d’intelligence artificielle au Crédit mutuel. Intitulé « projet Watson », ce développement informatique inquiète des salariés qui redoutent des conséquences sur leurs conditions de travail.

Dans sa décision qui vient d’être rendue publique, le juge des référés d’Angers a refusé de contraindre la direction de la banque à financer une expertise sollicitée par le Comité d’hygiène et de sécurité (CHSCT).

« Loin de modifier de façon déterminante les conditions de travail », écrit le juge, ce nouvel outil « vise simplement à faciliter l’utilisation des outils déjà existants ». Le magistrat écrit encore que les salariés auront la liberté« de l’utiliser ou non, en fonction de l’intérêt qu’ils y trouveront ».

Le juge a donc estimé que ce projet Watson ne modifiait pas de manière importante les conditions d’hygiène et de sécurité ou les conditions de travail, et contesté l’intérêt de l’étude sollicitée par le CHSCT.

Développé par IBM, le super logiciel « Watson » devrait être capable, à terme, de « lire » les mails en provenance des clients, d’en comprendre les intentions et d’y répondre, ou de proposer une réponse, au chargé de clientèle. La banque a estimé que le gain de temps pourrait atteindre une demi-heure par jour pour le salarié.